Version imprimable - accessibilite.lien.target.libelle

Le laboratoire départemental public

PARTAGER SUR :  Partager sur Facebook Partager sur Twitter

En contribuant à la surveillance des infections d'origine animale, le laboratoire départemental public joue un rôle clé dans la protection des consommateurs.

 

 

Le laboratoire départemental public du Nord (LDP 59) participe, entre autres, à la surveillance des maladies animales transmissibles à l'homme, à la recherche, dans les denrées d'origine animale, de germes pathogènes et de résidus susceptibles d'être toxiques pour l'homme. Il contribue également à la surveillance et à la prévention des maladies contagieuses animales.

En tant qu'outil d'aide au diagnostic, il permet aux vétérinaires et aux éleveurs confrontés à une pathologie dans un élevage de poser un diagnostic précis et donc de mettre en place des traitements et des mesures de prévention adaptées.

Le rattachement du laboratoire au Département du Nord, depuis 1989, lui permet d'assumer ses missions avec la plus totale impartialité.

Le LDP 59 a emménagé en 1991 sur le domaine du Centre Certia à Villeneuve d'Ascq. Après plusieurs phases d'agrandissement et de rénovation, ce sont maintenant près de 1500 m2 de locaux techniques adaptés qui sont dédiés à la réalisation d'analyses.

 

 

 

Deux grands domaines d'activité

 

Le secteur "Santé animale" intervient dans les domaines de l'autopsie, la bactériologie, l'immunosérologie, la parasitologie, le dépistage des ESST (encéphalopathies spongiformes subaigües transmissibles) et les dépistages de virus par la méthode de la PCR (réaction de polymérisation en chaîne).

Le secteur "Hygiène alimentaire" est en charge des domaines de la microbiologie et de la chimie alimentaire.



 

Des partenaires diversifiés

 

Les usagers du laboratoire départemental public du Nord sont aussi bien des usagers institutionnels : Etat, Groupement de défense sanitaire...etc. que des usagers privés : particuliers, éleveurs, vétérinaires, groupement de producteurs, schémas de sélection, industries agroalimentaires...

Le LDP 59 participe à différents réseaux d'épidémiosurveillance : Résapath (réseau d'épidémiosurveillance de l'antibiorésistance des bactéries pathogènes animales), Sagir (réseau de surveillance des maladies de la faune sauvage), RNOEA (réseau national d'observations épidémiologiques en aviculture).



 

Assurance qualité et accréditation

 

La direction du LDP59 est engagée depuis 1996 dans une démarche d'assurance qualité pour assurer de bonnes pratiques professionnelles pour l'ensemble du personnel du LDP ainsi que la qualité de ses essais et prestations au service des usagers du laboratoire.

Le LDP est aujourd'hui accrédité selon la norme ISO 17025 "Prescriptions générales concernant la compétence des laboratoires d'étalonnage et d'essais", pour près de 80 analyses.

Les principaux objectifs généraux de la mise sous accréditation du LDP sont :

  • la volonté de mettre à disposition des usagers des prestations d'essais reconnues sur l'espace européen ainsi qu'un service de qualité,
  • le maintien ou le développement de la liste des agréments ministériels du LDP,
  • l'amélioration continue de l'efficacité du système de management de la qualité



Agréments ministériels

 

Le LDP59 est dépositaire d'agréments du ministère de l'Agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt. L'obtention de ceux-ci est soumis à de nombreux critères tels que l'accréditation, la reconnaissance de la compétence des personnels, la capacité de transmission de résultats sous forme dématérialisée, l'engagement sur des délais de réponse, etc.

Du fait de ces agréments, le laboratoire est destinataire des prélèvements réalisés dans le cadre :

  • des contrôles réglementaires portant sur les animaux de rente et sur les produits destinés à l'alimentation humaine ou animale ;
  • des contrôles auxquels doivent être soumis les élevages certifiés ;
  • des prélèvements réalisés suite aux enquêtes réalisées par la Direction départementale de la protection des populations lors de toxi-infections alimentaires collectives.

 

 

Retour en haut de page


baseline